Mon livre "Piqué" au tiare" (558 pages) est en vente uniquement sur Amazon:

 https://www.amazon.fr/dp/B077VB1T1P/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1512460737&sr=1-1


Sommaire complet de "Piqué au tiare"

1ère partie : Je découvre l’odeur du tiare

Premiers pas au paradis (p. 16-18)

Piscine, cocotier et buisson de tiare (p. 19-23)

Roulottes (p. 24-27)

La plage de la Pointe Vénus (p. 28-29)

Les courses (p. 30-32)

La rentrée (p. 33-39)

Paea (p. 40-43)

Papeete (p. 44-48)

Teahupoo (p. 49-52)

Le dimanche (p. 53-54)

Premier tour de l’île (p.55-62)

Dans la caverne d’Ali Baba ! (p. 63-65)

Découverte de la violence (p. 66-67)

Moorea (p. 68-72)

Et si un cyclone (p. 73-74)

Excelsior (p.75-77)

Motu, requins, raies et Tiki village (p. 78-84)

Sourcils levés et autres habitudes polynésiennes (p. 85-88)

Quand le ori tahiti m’a possédé (p. 89-93)

Teheiura (p. 94-95)

Fakarava (p. 96-116)

« Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver ». (p. 117-119)

L’arrivée des malles (p. 120-121)

Salons artisanaux (p. 122-124)

Journée polynésienne au lycée de Papara (p. 125-128)

La Tahitienne, la course ! (P. 129-130)

Bora Bora (p. 131-144)

Raiatea et Taha’a (p.145-152)

Nouvel An (p. 153-156)

Te Faaiti, le parc naturel de Tahiti (p. 157-160)

 

2e partie : L’odeur du tiare m’envahit

Un super job (p. 164-169)

Soirée marquisienne (p. 170-172)

Décoration d’anniversaire (p.173)

Miss Papara (p. 174-175)

Les oranges de Punaauia (p. 176-177)

Premiers départs (p. 178-179)

2 juillet : souvenir des essais nucléaires (p. 180-181)

Heiva i Tahiti (p. 182-190)

Heiva Rima'ī – Le Heiva des artisans (p. 191-193)

Tetiaroa (p. 194-197)

« La mâchoire » (p. 198-199)

Deux mecs défoncés et un pêcheur étourdi (p. 200-201)

Sortie baleines (p. 202-203)

La terre tremble (p. 204-205)

Premier cours à Tahiti Ora (p. 206-207)

Te ahi nui, le championnat des couteaux de feu (p. 208-210)

Tout le monde bosse deux fois plus au fenua (p. 211-212)

‘Ori Tahiti solo competition (p. 213-214)

Le projet Hawaii (p. 215-218)

Pluies record et infection express (p. 219-220)

Le concert œcuménique de Paea (p. 221-223)

Les deux Polynésie (p. 224-226)

Tikehau (p. 227-232)

Hiva Oa (p. 233-237)

La Dépêche Dimanche (p. 238)

Balade nature dans la vallée de Orofero (p. 239-243)

Lettre ouverte aux professeurs qui auront le bonheur d’être mutés en Polynésie française (p. 244-250)

Jour d’élection, jour de fête (p. 251-253)

Quand un bébé fa’a’amu retrouve sa maman biologique (p. 254-259)

Soir d'élection... Miss Tahiti (p. 260-263)

Deux galas en 48 heures ! (p. 264-270)

Nouveaux départs (p. 271-276)

Ils ont joué avec un baleineau (p. 277-278)

Tū’aro mā’ohi – Les sports traditionnels (p. 279-285)

Heiva i Tahiti : « Grâce à vous, on parle de nos histoires, de nos terres » (p. 286-293)

Le rêve Sciences Po (p. 294)

La folle aventure des Tiki Toa (p. 295-298)

« Kikine » de retour au fenua, 36 ans plus tard (p. 299-305)

 

3e partie : Envoûté par l’odeur du tiare

Journaliste de terrain (p. 308)

Un rocher s'écrase sur ma Getz (p. 309-310)

Amour, religion, talc et parfum (p. 311-313)

Nathalie Heirani Salmon-Hudry : « Je n'ai pas votre vie mais j'ai une vie » (p. 314-319)

Inaugurations à la Polynésienne (p. 320-321)

Teva Victor, l’homme qui dialogue avec les pierres (p. 322-325)

Mehiata Riaria : la couronne de Miss France envolée pour une poignée de SMS (p. 326-336)

Oscar Temaru : « On va être obligés de parler la langue du colonisateur pour se comprendre » (p. 337-339)

Gilles Le Guen, le copiste de Gauguin (p. 340-341)

Léon Teai, la passion de la danse du feu (p. 342-343)

Juré à la cour d’assises de Papeete (p. 344-355)

Les artistes avec Vaiatu (p. 356-357)

Joseph Cadousteau, triple champion du monde des couteaux de feu (p. 358-360)

Tumata Robinson : « Le savoir vivre se perd, parce qu'il y a un manque d'ordre » (p. 361-363)

La bataille perdue contre l’épidémie de zika (p. 364-369)

L’humoriste Laurent Gerra et le chef Frédéric Robert sous le charme du fenua (p. 370-371)

Christian Wong : « Il faut toujours sourire pour prolonger la vie » (p. 372-374)

Marcelline Dexter : « Chaque jeune doit connaître la langue mā’ohi avant la langue française » (p. 375-378)

Le caporal-chef André Joquel rentre au fenua bardé de médailles militaires (p. 379-380)

Nos amis les insectes (p. 381-382)

La légende de Teriitaumatatini (p. 383-386)

Le festival Ono’u transforme Papeete (p. 387-388)

Lagoonarium et Pink Coconut (p. 389-391)

Soirs de répétition : « Aller au Heiva, c’est dire à ton pays que tu l’aimes » (p.392-401)

Jansé Wesson : « Avec la chanson Iaorana, j’ai voulu créer une ode au style de vie polynésien » (p. 402-404)

Le jardin botanique de Harrison Smith (p. 405-406)

La marche sur le feu - Umu iti (p. 407-409)

Le gala de Tahiti Ora (p. 410-411)

Heiva i Tahiti : la totale ! (p. 412-418)

 

 

4e partie : Piqué au tiare pour toujours

Nouvelle vie (p. 422-427)

Le repas de Teheiura (p. 428-429)

Moehei Banner : « La couronne de Miss Vahine Tane m'a aidée à forger mon identité » (p. 430-434)

Les coraux en danger (p. 435-437)

Haut commissaire Lionel Beffre : « On ne sert pas l'État en Polynésie comme on le sert dans la Meuse ou les Côtes d'Armor » (p. 438-440)

Rangitea Bennett, un Mister Tahiti d’exception (p. 441-445)

Jour d'expulsion à Atinuu (p.446-450)

Maupiti (p. 451-457)

Huahine (p. 458-470)

Teheiuramania (p. 471-472)

Le retour de Miss Tahiti au fenua (p. 473-474)

Découverte de la décharge communale de Faa’a (p. 475-476)

Lovaïna Guirao : « Tahiti est l’un des rares pays où l’on sent tout de suite l’odeur des fleurs » (p. 477-479)

Chikungunya (p. 480-484)

Je suis Charlie (p. 485-486)

Le tour de l'île en truck – Tere Fa'ati (p. 487-489)

David Moux : « J’ai du sang chinois, je m’exprime en français et j’ai le cœur tahitien » (p.490-492)

Hommage au surfeur disparu « Eddy la Masse » (p. 493-494)

La procédure de reconnaissance du centre des intérêts matériels et moraux (p. 495-497)

Jacquie Graffe, le maire qui s'est fait réélire de son lit d'hôpital (p. 498-503)

L’adieu au chanteur kaïna Barthélémy (p. 504-505)

John Doom : « Je peux partir en paix, la relève est assurée » (p. 506-507)

Rangiroa (p. 508-512)

Le jubilé de l’église de Paea (p. 513-514)

Le début de la fin (p. 515-517)

Quand Faa’a accueille des investisseurs chinois (p. 518-519)

Derniers jours au fenua (p. 520-525)

Je suis un « piqué au tiare » (p. 526-539)

Épilogue : Survivre loin de Tahiti (p. 540-542)

Lexique tahitien-français (p. 544-548)

Table des matières (p.550-555)

Écrire commentaire

Commentaires: 0